Tout comme son prédécesseur, SkyDrive, OneDrive propose d’entrée de jeu un méritoire 7 Go d’espace gratuit. Les fonctionnalités automatisées de sauvegardes mobiles des coulisses de OneDrive pour iOS et Android équivalent facilement celles d’iCloud. En particulier, le client de bureau est incroyablement bien conçu et facile d’utilisation grâce à une mise en page claire de Metro UI. Il dispose également d’une édition hors ligne dans Word, ce qui est un avantage si vous rencontrez une connectivité réseau peu fiable. OneDrive est également une aubaine décente, avec 100 Go qui ne coûtent seulement que 50 $ par année.
C’est le service le plus utilisé à ce jour avec plusieurs centaines de millions d’utilisateurs à travers le monde. Dropbox offre 2Gb d’espace gratuits que vous pourrez augmenter un peu en invitant des amis à utiliser le service à leur tour. Photos, vidéos, présentations, documents, fichiers, DropBox garde tout sur des serveurs sécurisés, offre des applications dédiées pour vos appareils mobiles et permet le travail collaboratif en ligne. Pour environ 9 EUR par mois vous accédez à la version pro et un espace de stockage généreux de 1To. De quoi voir venir.

Le dernier service de cette liste de cinq est un petit poucet dans cette valse de géants du stockage. Il n’en reste pas moins un service solide et fiable pour des besoins simples de stockage et de partage. Mediafire accepte plus de 200 formats de fichiers que vous allez pour la plupart pouvoir visualiser en ligne avant même de les télécharger. L’interface est simple et claire. Vous pourrez utiliser le service sur le web ou à partir d’applications dédiées à télécharger sur votre ordinateur ou sur votre portable. MediaFire vous offre  50 10 Gigas d’espace gratuit. L’offre la plus généreuse de la liste.
Technologiquement parlant la solution Cisco offre un mécanisme hybride (appelé jusqu’alors H-REAP – Hybride Remote Edge AP) qui permet de piloter des points radios déportés depuis un contrôleur centralisé, sans pour autant remonter tous les flux de données au travers le réseau WAN vers le DataCenter. Cette technologie permet donc de regrouper logiquement des points d’accès par site distant (de 2 à 50 AP) et de les piloter en central par un contrôleur partagé … un contrôleur « Cloud » !
Ce site est ouvert au public. Certains des individus postant sur ce site sont des employés de Cisco Systems. Cependant, les opinions exprimées dans les articles ainsi que dans les commentaires appartiennent a leurs auteurs et ne peuvent etre tenues pour etre celles de Cisco. Le contenu de ce blog est présenté a titre informatif, et n’est ni représentatif de, ni appuyé par Cisco ou toute autre organisation. N’y postez pas d’information que vous considérez comme confidentielle, contraire aux réglementations d’ordre public (protection de l’enfance, incitation a la haine raciale, a l’homophobie, a la violence, injures, diffamation, dénigrement), contraire aux droits d’auteur et autres types de droits de propriété intellectuelle. En postant sur ce blog, vous reconnaissez etre le seul responsable du contenu et des informations auxquelles vous contribuez et/ou que vous partagez, dégagez Cisco de toute responsabilité quant a votre usage du site internet. Vous consentez également a Cisco un droit de licence / une autorisation de reproduction, d’utilisation et de représentation mondial, perpétuel, irrévocable, libre de droits et transférable sur le contenu original que vous postez et vous mettrez Cisco en mesure de respecter vos droits moraux sur les contenus originaux que vous apportez le cas échéant. Les commentaires seront modérés et apparaitront des leur approbation par le modérateur. Dans l’hypothese ou vous constatez l’existence d’un contenu contraire a une réglementation applicable, vous vous engagez a informer le modérateur et Cisco du caractere illicite de tout contenu que vous auriez identifié en fournissant la référence audit contenu et aux obligations légales applicables, preuves a l’appui.
du fait que l'on ne peut pas toujours exporter les données d'un service cloud, la réversibilité (ou les coûts de sortie associés) n'est pas toujours prise en compte dans le cadre du projet. Le client se trouve souvent « piégé » par son prestataire, et c'est seulement lorsqu'il y a des problèmes (changement des termes du contrat ou des conditions générales d'utilisation, augmentation du prix du service, besoin d'accéder à ses données en local, etc.) qu'il se rend compte de l'enfermement propriétaire (vendor lock-in) dans lequel il se trouve[réf. nécessaire].
Effectuer une telle sauvegarde ne supprime pas seulement le traitement des disques ou des disques durs, il vous permet également d’accéder à vos photos depuis n’importe où avec une connexion Internet. La possibilité de partager des photos est un avantage supplémentaire, tandis que des sites Web tels que Flickr vous permettent d’exposer vos images au monde entier, tout en laissant aux autres utilisateurs la possibilité de laisser des commentaires.

Toutefois, sa croissance a été très rapide, si bien qu’elle a détrôné Dropbox en tant qu’application cloud la plus populaire. C’est sans doute grâce à l’intégration de la G Suite et des applications bureautiques Google Docs: Docs, Sheets et Slides (les versions Google de Microsoft Word, Excel et PowerPoint), offertes gratuitement et qui peuvent remplacer avantageusement la suite Office pour les besoins de base.
Les caractéristiques du cloud computing intéressantes pour les entreprises sont la réduction du coût total de possession des systèmes informatiques, la facilité d'augmenter ou de diminuer les ressources. Le recours au cloud computing permet de décharger les équipes informatiques des entreprises, qui ont alors plus de disponibilité pour des activités à haute valeur ajoutée. Le cloud computing permet également aux petites entreprises d'avoir accès à des services jusque-là réservés aux grandes entreprises en raison de leur coût6.

En tant que propriétaire d’entreprise, vous savez que la technologie est indispensable pour soutenir la concurrence dans l’environnement numérique actuel. Toutefois, les coûts liés à l’achat et à l’installation de logiciels de comptabilité, de marketing, de vente et autres, ou le temps et l’argent nécessaires pour développer des programmes exclusifs risquent de ne pas cadrer avec les limites de votre budget.


Au début des années 2000 sont apparus des hébergeurs Web capables d'héberger des applications dans leurs locaux informatiques. Dans ce contexte, l'ancêtre du SaaS correspondait au ASP14. Les premières applications Web 2.0, qui ont été déployées en cloud computing, sont le courrier électronique, les outils collaboratifs, le CRM, les environnements de développement et de test (informatique)15.
Pour accéder aux 3 mois d’essai gratuit à Amazon Drive il faut se connecter à son compte Amazon ou en créer un si vous n’êtes pas encore client. Hélas, il faut enregistrer sa carte bancaire avant d’avoir accès au Cloud ce qui est très désagréable. N’oubliez pas de créer une alerte sur votre calendrier avant la fin des trois mois si vous ne souhaitez pas être débité de 70 euros d’un coup (la facturation est annuelle).
Pour avoir plus d’espace plus rapidement, il faut adhérer à l’un des forfaits business proposés, soit Standard pour 2 To à 17,50 $/mois (par utilisateur, à partir de 3 utilisateurs), Avancé pour tout l’espace dont on a besoin à 27,50 $/mois (par utilisateur, à partir de 3 utilisateurs) ou Entreprise qui n’est pas un forfait fixe mais plutôt un appel à discuter avec eux pour élaborer une solution sur mesure.

Il est essentiel pour les concepteurs de logiciels et les architectes de solutions de choisir la solution de stockage appropriée ou, dans de nombreux cas, la combinaison appropriée. Les entreprises qui adoptent une stratégie de nuage hybride devraient envisager une combinaison de stockage dédié sur place et de stockage partagé hors site. Quelle que soit la combinaison, il est important non seulement de bien considérer la localisation, le modèle de déploiement (privé, public, hybride), la taille et le coût, mais également de bien comprendre les principaux types de stockage.
×