C’est le service proposé par Microsoft. Compatible avec tous les systèmes d’exploitation (IOS, Android, Macintosh, etc.), tout est pensé pour qu’il soit utilisé avec les programmes Office. Une combinaison qui facilite l’édition et l’utilisation optimale des services. Des réclamations ont été exprimées par bon nombre de consommateurs depuis que la mémoire offerte s’est réduite de 15 GB à 5 GB.
Bref, à mon avis, DropBox est redevenu un must depuis l’intégration de Paper et il constitue un choix judicieux pour sauvegarder une copie des documents plus importants. Google Drive et One Drive proposent quant à eux des outils bureautiques polyvalents qui répondent à différents besoins, mais Google Drive est définitivement plus avantageux côté prix et au niveau des intégrations à d’autres plateformes.
Ce service de sauvegarde a su évoluer au fil du temps et reste un des leaders du secteur. Il propose une offre spécifique pour le monde de la formation dans laquelle il met en avant ses fonctions de travail en équipe et de sauvegarde automatique de vos documents importants. Comme la plupart des autres services présentés ici, Box offre une extension permettant de définir un dossier qui sera synchronisé en permanence avec votre espace de stockage. Tous fichier que vous allez y glisser est aussitôt sauvegardé en ligne. Box comme ses concurrents va même conserver les différentes versions d’un même fichier. Box offre un espace de stockage gratuit de 10 Gigas.
En règle générale, les données stockées sur le cloud gratuit ne sont pas chiffrées sur l’espace de stockage en question. Elles ne sont cryptées que pendant le processus du transfert. Certains services de stockage en ligne gratuit prennent toutefois la peine de chiffrer les données sur le disque dur distant. C’est le cas de Mega, qui opte pour un chiffrement 2048 bits. D’autres proposent de payer un supplément pour bénéficier d’un service de chiffrement. C’est le cas de pCloud et son option Crypto, tarifée à 3,99 dollars par mois.Dans la plupart des cas, les données sont stockées en clair. Si vous souhaitez réellement procéder au chiffrement de vos données, vous pouvez utiliser un outil de compression et un mot de passe, à l’aide d’un logiciel comme WinRAR, ou utiliser un programme conçu à cet effet comme Boxcryptor ou Cloudfogger.Quoi qu’il en soit, les données stockées sur le cloud gratuit sont globalement plus en sécurité que les données stockées sur votre disque dur. Les fournisseurs accordent une importance capitale à la sécurité des données, afin de conserver leur crédibilité auprès de leurs clients, et ont les moyens financiers nécessaires pour garantir cette sécurité.
Devant la recrudescence de services se prétendant coffres-forts électroniques, la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés) a jugé utile de rappeler aux prestataires quelques règles de base. Dans une recommandation publiée en novembre 2013, la Commission rappelle que l’accès au coffre doit être limité à son seul utilisateur, et que les mécanismes d’authentification doivent être forts (mot de passe à usage unique, envoi de codes par SMS, etc.). D’autre part, les données doivent être chiffrées, et ce avec un dispositif répondant aux exigences de l’Anssi (Agence nationale de sécurité des systèmes d’information).La Cnil rappelle aussi que les données relatives à la santé font l’objet d’une réglementation spécifique, et que s’il n’a pas reçu l’agrément du ministère de la Santé, reçu après avis de la Cnil, le prestataire doit déconseiller de stocker ce type d’informations.   
Conformément au nouveau Réglement (UE) 2016/67,9 RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), j'autorise fonvirtual.com à utiliser mes données afin d'aider à la construction d'opinions et commentaires dans les articles de ce blog. Fonvirtual.com, marque administrée par la société Globomail SL met à disposition de l'utilisateur la possibilité d'accéder, rectifier, éliminer, restreindre, contester et porter les données personnelles. Ces données seront stockées dans la mesure où elles soient utiles pour pouvoir les utiliser avec la finalité pour laquelle elles ont été recueillies et, en dernier recours, sous réserve de l'existence d'une relation contractuelle ou commerciale. Tout cela à moins qu’un des droits précédemment décrits ne s’exerce. Pour faire valoir un de ces droits, ainsi que pour résoudre un doute, vous pourrez le faire sur l'adresse mail [email protected] Vous pouvez consulter sur ce lien notre politique complète de confidentialité et de protection de données. *
Les utilisateurs privés ont accès à un espace de stockage de 10 Go gratuit avec l’offre Personnal. Cependant il n’est pas possible avec cette offre gratuite de charger des fichiers qui excèdent 250 Mo, ainsi les fichiers volumineux ne peuvent pas être chargés (ou alors pas en un seul fichier). L’offre Personnal Pro coûte 9 euros par mois et permet d’accéder à 100 Go d’espace de stockage, ce qui est assez peu par rapport aux concurrents, ainsi qu’une limite de chargement de fichiers de 5 Go. Il existe également plusieurs offres pour les entreprises et professionnelles, À partir de 4,50 euros par utilisateur et par mois pour un espace de 100 Go et une limite de chargement de fichiers de 2 Go.
Cloud de stockage en termes très simples est un espace en ligne qui peut être utilisé pour stocker des données. Est un modèle de stockage dans lequel les données sont stockées dans des dépôts à travers un réseau virtuel hébergé. Ces dépôts sont généralement gérés par des tiers. Cloud de stockage est disponible pour les fins personnelles et professionnelles. Cloud de stockage pour les utilisateurs individuels est généralement assez faible en capacité de stockage et coûte moins cher, tandis que celui des entreprises a une capacité de stockage beaucoup plus élevé et est généralement très coûteux.
Aucune bibliothèque ne peut posséder tous les documents demandés par ses utilisateurs. Les bibliothèques comptent donc sur le réseau de partage de ressources d'OCLC pour emprunter et prêter des ressources localement, au sein de groupes et à travers le monde. Nous facilitons la tâche aux bibliothèques et à leurs utilisateurs, peu importe la ressource demandée.
Merci pour ce comparatif ! Par contre vous ne mentionnez pas Hubic d’OVH, qui propose quand même un volume de stockage nettement plus important en gratuit (25GO) et, comparativement, peu onéreux pour l’augmenter (100GO @ 10€/an ; 10TO @ 50€/an). C’est une société qui ne risque pas de disparaître de sitôt. De plus, les serveurs sont en France, ainsi vos données sont sous droit français. https://hubic.com/fr/
Dans son fonctionnement, Ozibox se rapproche de Dropbox. L’utilisateur installe un programme sur son ordinateur ou son ordinateur, et dépose les fichiers à synchroniser dans un répertoire. Le service propose 10 Go d’espace de stockage cloud gratuit.Les avantages d’Ozibox sont sa scalabilité, son accessibilité, son efficience, sa simplicité d’utilisation et sa fiabilité. Les temps de récupération sont très satisfaisants pour de petits ensembles de données. En revanche, l’application mobile est inutile, les temps d’upload sont trop longs, et les options de synchronisation sont limitées.
La promotion du cloud computing public a été rendue possible par la généralisation des accès à Internet des particuliers (avec 75 % des ménages français équipés d'Internet à domicile, selon les données de 2011 du Crédoc16) et des entreprises. Le phénomène a aussi bénéficié de l'augmentation considérable de la puissance des équipements informatiques qui ont permis aux hébergeurs de proposer des tarifs de plus en plus intéressants. En ce sens, la mode du cloud computing tire parti : de l'augmentation considérable de puissance des serveurs (la fréquence de fonctionnement des serveurs a été multipliée par un facteur 10, entre 1998 et 2008, les processeurs comportent entre quatre et dix cœurs); et de la baisse des coûts de stockage (pour le prix d'un disque dur de 1,2 Go en 2000, on a, en 2013, un disque de 1 000 Go).
En cloud computing, les entreprises ne se servent plus de leurs serveurs informatiques, mais accèdent à des services en ligne d'une infrastructure gérée par le fournisseur. Les applications et les données ne se trouvent plus sur l'ordinateur local, mais dans un nuage composé de serveurs distants interconnectés. Compte tenu de la complexité des liaisons réseau et de la multiplicité des intervenants (fournisseur d'accès à Internet, hébergeur, éditeur, distributeur, revendeur), le fonctionnement en cloud diminue la continuité et la qualité du service par rapport à celle d'une application de qualité professionnelle hébergée en interne. En 2009, moins de 10 % des entreprises interrogées mentionnaient recourir à des services de cloud computing dans le domaine de l’hébergement de leurs infrastructures et applications informatiques17. Ce concept est présenté comme une évolution majeure par certains analystes très connus, comme le Gartner Group 18, et comme une mode correspondant à des motivations commerciales, par d'autres spécialistes.
Pour sa formule gratuite, Google offre 15 Go de stockage, ce qui est l'une des meilleures (mais pas LA meilleure) offres de notre comparatif. Il est possible de stocker n'importe quel type de fichier : photo, vidéo ou même document Office. Une fonction permet ensuite de partager un dossier ou un fichier à vos contacts, leur laissant la possibilité de lire ou même modifier le fichier partagé.
Sugarsync vous propose 5Go d’espace de stockage cloud gratuit. L’application est très facile d’utilisation, et plus intuitive que les autres services de synchronisation de fichiers. Il est possible de sauvegarder jusqu’à cinq versions précédentes de chaque fichier. Les applications sont également très bien conçues.En revanche, on déplore l’absence de fonctionnalité de collaboration en temps réel, et un backup en ligne très lent. Aucune clé de chiffrement privée ne sécurise le backup en ligne. Il est également très difficile d’annuler un compte.
Le stockage de blocs continue d'être la base pour la plupart des applications d'entreprise. Il peut prendre différentes formes avec différents niveaux de performances et de disponibilité, du stockage relié directement à l'hôte, avec son nombre élevé d'IOPS et son faible temps d'attente, pour les utilisations intensives, au bloc virtualisé, avec un nombre d'IOPS moyen ou faible, pour les applications plus générales ou éphémères. Bien que l'emploi du stockage de blocs par les développeurs (via un système d'exploitation) décline avec l'utilisation de plateformes applicatives de plus haut niveau telles que IBM Cloud, le type de stockage sous-jacent reste le bloc.
×